lundi 8 juillet 2013

Quel type d’écrivain êtes-vous?

Peu importe l’amour des mots qui nous habite, nous ne ressentons pas tous le besoin de l’exprimer de la même façon. Certains se contenteront d’apprécier de lire, alors que d’autres ressentiront le besoin d’écrire chaque jour ou de les partager. Il n’y a pas de bons ou de mauvais types d’écrivains, car ils sont tous complémentaires et expriment même une forme de symbiose puisque la diversité des usages permet leur survie.

Ceci dit, s’interroger sur le type qui nous convient le mieux ou celui qui correspond à notre mode de vie actuel peut nous aider à trouver la paix, à moins que cela nous entraîne à opérer des changements dans nos habitudes afin de devenir le type d’écrivain auquel nous aspirons.

Voici quelques types généraux d’écrivain pour amorcer votre réflexion :

  1. Écrivain de salon : Ce dernier est celui qui aime les mots… des autres. Il aime lire les bons coups des autres, critiquer les moins bons et… même discuter sur ce que les autres auraient ou n’auraient pas dû écrire.
  2. Écrivain de tous les jours : Celui-ci écrit pour les besoins de sa vie quotidienne : une lettre de présentation, un rapport pour le travail, quelques courriels, etc. Il préférera écrire lui-même une carte d’anniversaire pour un proche plutôt que de choisir un message standard. Presque toute « obligation » d’écriture dans la vie de tous les jours lui semblera agréable.
  3. Écrivain de plaisance : Lui, il ne se contente pas des écrits journaliers, mais il prévoit des plages horaires exprès pour écrire. Les types d’écrits de cet écrivain peuvent être très variés : du journal intime à la poésie en passant par une correspondance ou un texte plus long. L’écrivain de plaisance considère l’écriture comme une activité nécessaire à son bien-être et la pratique dans ce but ultime.
  4. Écrivain de compétition : Ou écrivain professionnel, il n’écrit pas pour le plaisir (bien que souvent cette notion fasse partie du processus d’écriture), mais dans un but plus précis de dépassement de soi ou des autres. Non seulement il prévoit des plages horaires d’écriture, mais, généralement, il prévoit aussi des objectifs d’écriture, des dates butoirs pour ses projets et des objectifs de réussite (publication, vente, critique, reconnaissance, etc.).

Bien sûr, nous finissons tous par passer d’une catégorie à l’autre au fil des jours. Pourtant, il peut être intéressant de se poser la question : à quel type principal aspirons-nous? Ne serait-ce que pour s’assurer que nos actes sont en accord avec nos aspirations.

Et, si la réponse est non, éventuellement, pouvoir réfléchir plus sérieusement : sommes-nous prêts à faire les changements nécessaires? Avons-nous besoin d’appartenir à un type particulier pour être heureux?

Aucun type n’est bon ou mauvais en soi, l’important c’est d’être à l’aise avec celui dont nous nous servons généralement pour exprimer notre amour des mots. Alors, quel type d’écrivain êtes-vous?

Caroline

4 commentaires:

  1. À me regarder aller depuis quelques années, je dirais que je suis un ex-écrivain de compétition ou un écrivain de plaisance trop paresseux ou pas assez talentueux pour devenir un écrivain de compétition.

    RépondreEffacer
  2. Hum... Si je m'analyse, 75 % écrivaine de plaisance et 25 % écrivaine de compétition, c'est pas si mal je trouve! :)

    RépondreEffacer
  3. Ah tiens, j'appartiens en partie aux quatre catégories... parfois dans une seule et même journée!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde!

      Effacer