lundi 14 mars 2016

Étoffer un personnage (5)

Les lecteurs sont avant-tout des êtres humains qui ont appris, dès leur plus jeune âge, à interpréter le monde qui les entoure. Pour ce faire, ils ont développé des outils de communication, mais surtout, ils ont appris à déduire des informations à partir de signes non-verbaux. Plus le lecteur a l'impression de « rencontrer » le personnage comme il ferait une rencontre dans la vraie vie, plus il se sentira concerné par les enjeux du personnage et plus il sera sensible à l'identification et à l'attachement.

Pour présenter le personnage comme si le lecteur le rencontrait en personne, il faut catégoriser les informations : celles qui doivent être dites et celles qui doivent être suggérées. Par exemple, on devine difficilement que deux personnages sont frère et sœur à cause de leur comportement, cette information sera donc dite (écrite) pour les lecteurs au moment où nous voudrons qu'ils l'apprennent. Pour les émotions en revanche, c'est souvent l'inverse, elles transparaissent plus souvent dans le comportement des gens qu'elles ne sont nommées spécifiquement. Elles peuvent être mal interprétées, confondues, présentées un nombre infini de nuances, interprétées différemment par différents protagonistes, etc.

Ainsi, nommer l'émotion met le lecteur dans une situation qui n'est pas familière pour un témoin, mais qui est plutôt celle d'un absent à qui on raconte ce qui s'est passé. Il se sent beaucoup moins impliqué.


Cette situation mettait Bob en colère parce qu'elle lui rappelait une situation similaire dans son passé.



Pour sa part, suggérer l'émotion met le lecteur dans la même situation que les autres personnages. Le lecteur doit déduire lui-même l'émotion : il peut mal l'interpréter ou la confondre, mais sa réflexion, son interrogation ou sa conviction entourant l'émotion suggérée place le lecteur dans une situation qui le rapproche beaucoup de son vécu réel. Cette présentation en suggestion de l'émotion lui semblera donc plus naturelle et le personnage lui apparaîtra ainsi plus profond.


Bob marchait de long en large sur le tapis usé. Les bras fouettant l'air avec brusquerie, il semblait engueuler quelques malheureux être invisibles ou imaginaires. Pour ses subordonnés, qui l'observaient à travers la baie vitrée de son bureau, le message était éloquent, même si peu d'entre eux auraient pu l'expliquer. Ils se jetaient des regards inquiets dans un silence absolu qui ne fut pas briser avant plusieurs minutes.

— Bonne chance au prochain qu'il appellera dans son bureau, lança Alice avant de profiter d'un rendez-vous avec un client pour s'éclipser.



Évidemment, une information suggérée peut éventuellement avoir besoin d'être précisée ou expliquée pour justifier une conséquence, pour éviter ou dénouer un malentendu, pour complexifier ou simplifier les relations entre les personnages.


Caroline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire