lundi 25 janvier 2016

Type psychologique de personnage (11)

Le plaignant
Un personnage plaignant trouve toujours quelque chose à redire et il communique principalement à l'aide de plaintes. Ces dernières sont des affirmations utilisées dans un mode offensif contre des expériences perçues comme étant injustes. Par opposition, les constations sont des affirmations neutres utilisées à titre indicatif (et non punitif) pour informer un interlocuteur.


Cinq raisons pour lesquelles on se plaint selon la psychologue Robin Kowalski :

Recevoir de l'attention :
— Dans ce cas, les plaintes sont un outils pour entrer en relation, pour entamer une conversation. Une fois la relation établie, le plaignant a la sensation de faire partie d'un groupe et d'être en sécurité. Les sujets principaux de ce genre de plaintes sont le climat, le travail, le partenaire de vie, les enfants, l'économie et les équipes sportives locales.

Occulter sa responsabilité :
— Ces plaintes sont un argumentaire entièrement dédié à prouver qu'il n'existe pas de solution ou que s'il en existe une, elle n'est pas de leur ressort. La faute est toujours celle de quelqu'un d'autre (parent, ami, collègue, enfant, société, gouvernement, etc.) ou de quelque chose hors de leur contrôle (temps, chance, éducation, destin, etc.). Les pistes de solutions proposées, toujours accueillies par des mais, tu ne comprends pas, des oui, mais ou des si seulement.

Générer de l'envie :
— Ou pour se vanter. Le type principal de ce genre de plaintes est le commérage. Le plaignant se plaint de l'autre pour qu'on en conclut qu'il n'est pas comme l'autre (Les gens ne savent pas conduire sous-entend par opposition à moi. Mon patron est un imbécile sous-entend si j'étais à sa place tout irait mieux. Etc.).

Nourrir son pouvoir :
— Dans ce cas, les plaintes sont des tentatives d'amadouer les autres pour les influencer à penser d'une certaine manière, d'une certaine manière qui sert les intérêts du plaignant en recrutant du soutien contre un rival.

Excuser sa piètre performance.
— Contrairement aux plaintes formulées pour occulter sa responsabilité, celles qui servent à excuser une piètre performance ne servent pas à justifier son inaction, mais à se justifier pour une action passée.


Caroline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire