mardi 27 octobre 2015

Type psychologique de personnages (8)

Le progrès perpétuel :
Un personnage ayant pour psychologie l'idée d'un progrès perpétuel possède, enracinée profondément en lui, la croyance que l'humanité s'améliore de génération en génération. Pour lui, toute avancée technique est non seulement nécessairement bonne, mais mieux que l'ancienne. Toute nouvelle connaissance, idée, etc. mène vers un monde meilleur.

Ce personnage :
— est enthousiaste envers l'avenir et optimiste en général,
— a un attrait pour la nouveauté,
— s'adapte facilement aux changements,
— minimise les effets négatifs de la nouveauté (une amélioration viendra à coup sûr les faire disparaître),
— regarde peu en arrière, sauf pour comparer en donnant l'avantage au présent et au futur,
— aime essayer de nouvelles choses,
— pense que les erreurs du passé ne peuvent pas se reproduire,
— etc.


Ses interactions sont difficiles avec les personnages : 
— pessimistes,
— sceptiques,
— critiques,
— anxieux,
— réfractaires au changement,
— s'intéressant à l'histoire,
— nostalgiques,
— idéalisant une autre époque,
— attachés à leurs habitudes,
— etc.

 Ses interactions avec l'intrigue seront différentes selon que celle-ci lui donne raison ou tort.


Caroline

mardi 20 octobre 2015

Type de séquences d'action (7)

Le sacrifice : 
Renoncement ou privation volontaire en vue d'une fin morale, religieuse ou utilitaire. Tous les renoncements ne sont pourtant pas des sacrifices. Un sacrifice fait mal. Il s'agit d'un choix s’apparentant à un dilemme : soit entre deux opportunités qui nous plaisent énormément ou deux possibilités qui nous rebutent complètement.

Le sacrifice peut se faire par rapport à soi ou par rapport à l'autre, par exemple est-ce le personnage A ou le personnage B qui subira le malheur. Des fois, il s'agit d'un bonheur pour l'un et d'un malheur pour l'autre (comme dans le cas, qui accompagnera le personnage C au spectacle). D'autre fois, il s'agit de départager entre deux malheurs différents (comme dans le cas, qui mourra et qui vivra avec le complexe du survivant).

L'idée de renoncement peut englober un large éventail de possibilités :

— un privilège,
— la sécurité,
— l'amour,
— l'amitié,
— un honneur,
— la vie, 
— la dignité,
— une activité plaisante, 
— un objet,
— une position, 
— un projet, 
— un animal,
— la foi,
— etc.


Même lorsque le choix concerne plus d'un personnage, le sacrifice n'est pas un choix qui se fait à plusieurs : c'est le personnage qui se sacrifie qui fait de lui-même ce choix. Il décide, même si cela lui arrache le cœur, pour diverses raisons de laisser le meilleur choix à un autre personnage ou du choix qu'il laissera tomber.


Caroline

lundi 5 octobre 2015

2 ans, ça se fête!


Il y a deux ans sortait en librairie notre roman jeunesse Le mythe d'Océoria, premier tome de la trilogie Destins croisés, aux éditions du Phoenix.

Question de vous gâter un peu, et aussi parce que nous aimons les défis, nous avons réalisé un petit vidéo en stop motion. Première expérience, riche en apprentissages!

Bon visionnement!