lundi 17 août 2015

Type psychologique de personnage (5)

L'hypocrisie :
Celle-ci découle d'un déséquilibre entre ce qui est dit et ce qui est pensé ou fait, entre ce qui est su et ce qui est révélé. On parle d'hypocrisie lorsque ce déséquilibre est conscient, voulu, voire planifié à des fins de manipulation. Dans le cas d'une hypocrisie inconsciente (la personne ne voit pas ou ne comprend pas l'opposition entre ses paroles ou ses pensées et ses actions), on qualifie plutôt l'individu d'incohérent. Une hypocrisie peut être le fait d'un individu ou celui d'un groupe plus ou moins grand lorsque les règles implicites diffèrent des règles explicites.

 Plusieurs caractéristiques sont généralement associées au personnage hypocrite comme le cynisme, l'égoïsme, l'égocentrisme, la soif de pouvoir, le sentiment de supériorité (intellectuelle ou autre), la considération de la vie comme un jeu ou l'impression d'être le seul à comprendre ce qui est vraiment important. L'hypocrisie peut alors être utilisée par un personnage pour :
— exclure un personnage d'un groupe ou le discréditer,
— obtenir des renseignements sans rien donner en échange,
— dirigé un personnage dans une embuscade,
— créer un bouc émissaire pour éviter de subir les conséquences de ses actes, 
— s'élever dans une hiérarchie ou prendre la place d'un autre personnage,
— obtenir une récompense,
— etc.


Cependant, dans d'autres contextes, l'hypocrisie est considérée comme acceptable et perd ses connotations négatives (et les caractéristiques associées susmentionnées). Par exemple :
— l'hypocrisie dirigée uniquement vers les opposants (ainsi un personnage trouvera acceptable et même souhaitable que son ami soit hypocrite envers leur ennemi, alors qu'il trouverait inadmissible ce comportement envers lui (même venant de son ennemi),
— les mensonges nécessaires lors de la préparation d'une surprise,
— les comportements adoptés temporairement à titre d'exemples pour montrer en quoi ils ne sont pas souhaitables,
— les réponses cachées pour permettre aux autres personnages de les découvrir eux-mêmes (parce exemple, dans le cas d'un enseignant),
— les informations cachées pour le bien des autres (si évidemment, il s'agit du bien des autres et non pas de celui du personnage qui cache lesdites informations),
— etc. 


 Évidement, même les personnages qui utilisent ces types d'hypocrisie plus acceptable ne sont pas à l'abri de reproches tels que « menteur » ou « hypocrite », même si les retombées et les rancunes sont souvent moins prononcées qu'elles peuvent l'être dans les autres cas.


Caroline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire