lundi 12 janvier 2015

Estimer la longueur finale d’un texte

Déterminer la longueur approximative que le texte aura dans sa forme finale peut être un atout dans la planification du travail d’écriture, mais aussi un moyen efficace d’analyser la progression du premier jet. Cela peut aussi nous aider à choisir le style du projet, complexifier ou simplifier une intrigue si cela s’avère nécessaire pour atteindre un objectif (en nombre de mots).

En tenant compte de notre plan et de quelques autres questions, il est possible d’estimer cette longueur avant de commencer à écrire proprement dit et d’ainsi diminuer le travail de reconstruction de l’intrigue après coup.


Les éléments à prendre en compte :


Identification
de la situation initiale
                                                  Écart entre
Identification                                         les deux
de la situation finale

                             +
 Style
    +
 Nombre de personnages
     +
 Intrigues secondaires
     =
Longueur approximative du texte


Écart entre la situation initiale et la situation finale :
Cet écart se calcule à l’aide d’un plan standard ou d'un schémanarratif. Plus l’écart sera grand, plus il y aura de péripéties pour passer de l’un à l’autre, plus le texte sera long.

Style :
Le style comprend le type d’écriture choisi et l’organisation interne du texte. La description narrative sera-t-elle concise ou élaborée ? Les descriptions de lieux et de personnages très précises ou plutôt générales ? Y a-t-il beaucoup ou peu d’informations à fournir au lecteur ? L’histoire comportera-t-elle des ellipses ou sera-t-elle racontée en détail ? 

Nombre de personnages :
Le nombre de personnages influe sur la longueur d’un texte, cela prendra plus de place (en nombre de mots) pour décrire quatre personnages plutôt que deux, pour faire agir sept personnages plutôt que quatre. Plus de personnage, c’est peut-être aussi plus d’intrigues secondaires.

Intrigues secondaires :
Le nombre d’intrigues secondaires ainsi que leur complexité influence la longueur d’un texte. Il faut aussi déterminer si les intrigues secondaires s’intégreront aux péripéties de l’intrigue principale (dans ce cas, elles nécessiteront moins d’espace) ou feront l’objet de scènes à part (ce qui allonge le texte).


Évidemment, tous ces facteurs ne sont pas toujours faciles à prendre en compte. Toutefois, avec la pratique, ce calcul peut s’avérer être un outil utile améliorer notre capacité à construire des intrigues et à les mettre en mots.  



Caroline

Aucun commentaire:

Publier un commentaire